Vos droits

  • Ne pas y aller par quatre chemins !

    Lors de l'Assemblée Départementale APF qui a eu lieu à Joué-lès-Tours en novembre 2016 sur le thème du transport, les adhérents ont témoigné de leurs difficultés à utiliser les bus Fil bleu en raison des problèmes techniques liés à l’accessibilité des arrêts, à l’utilisation de la rampe d'accès ou encore liés au comportement de certains conducteurs ou d'usagers etc...

     

    Lire la suite

  • NOUVEAUTÉ : La carte mobilité inclusion

    handicap-la-carte-mobilite-inclusion-pour-eviter-les-fraudes_0.jpg

    Depuis le 1er janvier 2017, la carte mobilité inclusion remplace les cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement.

    Voici quelques réponses à toutes les questions que vous vous posez sur cette nouvelle carte.

    C’est la première grande nouveauté de l’année 2017 pour les personnes en situation de handicap. La carte mobilité inclusion (CMI) a officiellement vu le jour le 1er janvier. Elle va progressivement remplacer les cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement. Principal objectif : diminuer les délais d’attribution

    Quand en faire la demande ?

    Si vous n’avez pas encore de carte d’invalidité, de priorité ou de stationnement et pensez remplir les conditions, vous pouvez la demander dès maintenant. Sinon, attendez que votre ancienne carte arrive à échéance : elle demeure valable jus- qu’à sa date d’expiration.

    Si vous êtes titulaire d’une carte d’invalidité, de priorité et de stationnement à titre définitif, vous avez jusqu’au 31 décembre 2026 pour demander la CMI. Elle vous sera accordée de droit.

     

    À savoir : Si toutes les demandes de CMI ne peuvent être honorées, des cartes de priorité, d’invalidité et de stationnement pourront continuer à être délivrées jusqu’au 1er juillet 2017.

     

    Pour toutes demandes veuillez vous adresser à la MDPH

  • Compensation du handicap : Les candidats font l'impasse sur la priorité des personnes en situation de handicap

     

    292_default_post.png

     

    A quelques jours du premier tour des élections, l’APF fait le constat que le droit à compensation inspire peu, voire pas du tout, les candidats à l’élection présidentielle ! 

    Pourtant, dans l’enquête Ifop-APF « Conditions de vie, aspirations et intentions de vote », une meilleure prise en charge pour compenser les situations de handicap est l’objectif prioritaire cité par les personnes en situation de handicap pour améliorer leur quotidien. 
     

    Qu’est-ce que la compensation du handicap ?

    Le droit à compensation est l’un des piliers majeurs de la loi handicap de 2005, il prévoit que toutes les personnes en situation de handicap ont droit à la compensation des conséquences de leur handicap quels que soient l'origine et la nature de la déficience, l’âge de la personne ou son mode de vie.

     

    C’est pourquoi, L’APF demande le respect du principe fondamental de la prestation de compensation du handicap (PCH) : son caractère individuel. Elle demande un élargissement des besoins couverts par la prestation (activités ménagères, aides à la parentalité, aides à la communication etc.) et la revalorisation des tarifications de tous les besoins (aides humaines, techniques etc.). 
     

    L’APF appelle à terme, la création du « risque autonomie » qui doit financer l’intégralité des besoins et  des dépenses effectuées par les personnes au titre des aides à l’autonomie. Et ceci quelle que soit l’origine de la situation de handicap, quel que soit l’âge, et quel que soit le besoin.

     

    Pour avoir plus d'informations, téléchargez le communiqué de presse : Communiqué de presse APF Compensation.pdf