31 octobre 2013

Au revoir Jean-Marie

 images.jpgJean-Marie,

Je prends la liberté de t’écrire ces quelques lignes, car le destin ne m’a pas laissé le temps de te dire bonsoir. J’ai toujours apprécié ton humour, mais, pour la première fois, tu ne me fais pas rire.

Partir comme cela, si vite, et sans prévenir.

J’ai souvent regimbé contre l’injustice, mais là, c’est pire que d’habitude.

Tu es parti bien trop tôt, et surtout, bien trop vite.

Tu as toujours été un combattant, et  la meilleure façon de te rendre hommage est de ne pas sombrer dans la tristesse. Je suis certain que tu ne l’aurais pas voulu.

Tu savais rendre la vie belle et faire jaillir l’espoir ;

Le plus simple pour continuer à te faire exister est d’égrener quelques souvenirs.

Ne pas faire revivre le passé, cela aussi, tu ne l’aurais surement pas voulu, mais simplement donner de la force au présent.

Tu es tout simplement passé d’un état à un autre, de celui de guide spirituel à celui de symbole immortel.

Pour moi, les gens ne meurent  pas, ils continuent à vivre dans ma mémoire.

Je veux garder de toi le souvenir de ces repas à parler de tout et de rien, à ces soirées ou nous refaisions le monde, et où tu me demandais d’aller acheter des cigarettes quand ton paquet était terminé , au grand repas , chez Raymond , ou il a fallu te porter à quatre pour gravir les marches du perron.

Je veux garder te toi cette joie de vivre, cette pensée claire qui fuse comme la lumière, ce sens aigu de la réplique, et surtout ta façon d’enflammer les foules par la force de tes convictions.

Bien évidemment ces quelques lignes ne suffiront pas à dire qui tu étais vraiment, et l’admiration que j’avais pour toi. Je voulais simplement te remercier de ce bout de chemin parcouru ensemble.

Grâce à toi, la société a changé, et c’est surement l’une de tes plus belles récompenses.

Tu as marqué ton époque, et tu resteras une référence.

 Enfin, je voulais simplement te dire merci et adieu, et présenter à ton épouse, tes enfants et ta famille mes condoléances les plus sincères.

 Jean-Louis Jabaud

Commentaires

Je retrouve dans cet hommage, ce qu' il était et qui alliait: simplicité, enthousiasme, conviction et ce sens de la communication qui a su nous séduire , nous porter.
Sachons avec ces mots,avec nos maux et sans tristesse rester nous même,fier de notre engagement,pour aujourd'hui ,pour demain.
il le souhaitait ainsi, note volonté demeure.
Le monde cruel d’aujourd’hui laisse peu de place à l’angélisme. L'adversité reste une constante,en sa mémoire poursuivons sans faiblir, c'est ainsi qu'il appréciait les hommes.
au revoir!
Gérard

Écrit par : CHABERT | 06 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.